Runaway World: How Globalization Is Reshaping Our Lives

Giddens, Anthony. Runaway World: How Globalization Is Reshaping Our Lives. New York [u.a]: Routledge, 2003.
On entend parfois dire qu’avec le coronavirus, la nature prendrait sa revanche sur l’humanité et qu’elle se “vengerait”. Mais est-on bien sûr que la nature et la vengeance aient quelque chose à voir avec cette histoire ?

Il peut être utile, à cet égard, de rouvrir La société du risque (Risikogesellschaft), l‘ouvrage majeur du sociologue allemand Ulrich Beckparu en 1986, ou encore, dans un style plus alerte et sans doute plus accessible, l‘essai que le sociologue britannique Anthony Giddens a publié en 2003 sous le titre Runaway World (Un monde incontrôlable, non traduit en français) – un texte dans lequel Giddens ne cache d’ailleurs pas s‘être largement inspiré des travaux de Beck en les ramenant à quelques idées simples.
Selon Giddens donc, retraduisant à sa manière la pensée de Beck, la modernité a complètement modifié le type de risques auxquels nous sommes confrontés. Dans les sociétés pré-modernes, explique-t-il, existaient des risques que l‘on peut qualifier d'”externes”, dans la mesure où ils étaient liés aux menaces que la nature faisait peser sur l‘humanité, de l‘extérieur. Pensons aux intempéries, aux sécheresses, aux tremblements de terre ou aux inondations. Dans nos sociétés modernes, en revanche, se développent des risques que Giddens appelle “fabriqués” (manufactured). Ces risques sont liés aux conséquences des actions que les humains mènent par rapport à la nature et en particulier, à l‘industrialisme. Il s‘agit par exemple du risque d‘apocalypse nucléaire ou de ceux liés à la pollution de l’air ou au réchauffement de la planète.
Or il existe une différence cruciale entre risques externes et risques fabriqués : les seconds sont par définition inédits. Nous n‘en avons jamais fait l‘expérience par le passé puisque c‘est nous-mêmes qui sommes en train de les créer par notre action collective. Nous sommes donc incapables d‘en estimer l‘ampleur et la gravité et même, d‘en comprendre la nature véritable. A fortiori, nous avons du mal à y faire face comme il le faudrait.
A l’origine d’une épidémie mondiale, le Covid-19 semble clairement relever de la catégorie ancestrale des risques “externes”. Mais est-ce si certain ? Dans un article récemment publié sur le site The Conversation, deux chercheurs du Muséum d‘histoire naturelle soulignaient que la fréquence des épidémies est en nette augmentation depuis quelques décennies sur la planète, et que la majorité d’entre elles (ESB, SRAS, Ebola, Covid-19) sont des zoonoses, c’est-à-dire des maladies produites par la transmission d’un agent pathogène entre animaux et humains. Or il existe un lien entre le développement des zoonoses et la destruction accélérée des milieux naturels (lire ici).
Les auteurs rappelaient ainsi qu’il a été démontré qu’en 2002, l‘épidémie de SRAS a émergé en raison de l‘accroissement de la proximité entre chauve-souris et civettes d‘une part et consommateurs humains de ces animaux d‘autre part. La cause de cet accroissement? La destruction des zones forestières, qui détruit l’habitat naturel des animaux sauvages et les pousse vers les humains.
Cinq ans plus tard, des scientifiques hongkongais concluaient que la présence d‘un réservoir important de virus de type SARS-COV dans les chauve-souris rhinolophes, combiné avec l‘élevage de mammifères exotiques dans le sud de la Chine, était une “bombe à retardement”
Dernièrement, un professeur de médecine à l‘Université Paris 5 a émis l‘hypothèse selon laquelle l‘émergence du Covid-19 résulte de la présence croissante des humains à proximité (et au détriment) des forêts primaires du nord Laos (présence engendrée notamment par le développement de grandes plantations de fruits exotiques et par le percement d‘une ligne TGV entre Chine et Thaïlande)…
…et du très lucratif trafic clandestin d‘animaux sauvages (chauve-souris, pangolins, civettes…) que cette présence a généré, beaucoup de travailleurs venus des villes chinoises du sud, à la différence des paysans locaux, prêtant à la consommation de tels animaux des vertus fortifiantes (écouter ici).
Si ces perspectives liées à la “virologie de terrain” sont les bonnes, cela signifie que le Covid-19 n‘est pas tout à fait un risque “externe”. Ayant partie liée avec les développements de l‘industrialisme au sens large (agro-industrie, élevage intensif, transports, urbanisation…) et ce qui va de pair, avec la déforestation massive et la destruction des écosystèmes, il entrerait plutôt dans la catégorie des risques “fabriqués” au sens de Giddens. En d‘autres termes, loin d‘être une vengeance de la nature à l‘égard de l‘humanité, il serait plutôt une balle que l‘humanité se tire elle-même dans le pied.
Cela veut également dire que le salut de l‘espèce humaine face aux nouvelles pandémies de type Covid qui émergeront dans le futur ne tiendra pas seulement à la capacité des sciences de la nature à trouver des vaccins, mais aussi, et peut-être d‘abord, à celle des sciences sociales à aider à prévenir certains risques “fabriqués”, en rendant mieux explicables des actions humaines – comme celles liés à l‘extension de l‘industrialisme ou encore, aux croyances dans les vertus fortifiantes de certaines viandes – et plus prévisibles leurs conséquences.
Pour Giddens, qui ici encore, suit de près Beck, les risques fabriqués appellent un nouveau type de conscience réflexive grâce auquel l’homme puisse enfin se reconnaître comme le responsable ultime des malheurs et des dommages qu’il se cause à lui-même. Il faut pour cela parvenir à quitter la vieille mentalité des sociétés pré-modernes qui attribuait à la nature ou à la surnature la source des menaces pesant sur l‘humanité, en prêtant à des entités non-humaines des intentions punitives ou justicières.
Peut-être un point de vue inspiré de la sociologie pragmatique peut-il conduire plus loin : plutôt que d‘opposer des risques “externes” à d‘autres “fabriqués”, comme s‘il était aisé de tracer entre eux une frontière claire, c‘est à une étude des processus d’externalisation et d’internalisation des menaces pesant sur l‘humanité qu’il pourrait être judicieux de procéder. La modernité, alors, ne se caractériserait pas tant par le surgissement des risques “fabriqués” (qui existaient sans doute déjà) que par un impératif croissant de réflexivité, conduisant à internaliser les menaces et par conséquent, à rendre de plus en plus moralement scandaleuse, et politiquement insatisfaisante, l‘idée de risques “naturels”.

En prolongement

Ecouter ici une conférence d’Ulrich Beck sur le thème “Living and coping with World Risk Society”.

Ce texte a été diffusé à l’origine dans “Dis/continuités”, la lettre d’information du LIER-FYT

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.