Les Chômeurs de Marienthal

Lazarsfeld, Paul Felix, Marie Jahoda, and Hans Zeisel. Les Chômeurs de Marienthal. Paris: Les Editions de Minuit, 1981.
Apparemment sans aucun rapport avec notre actualité de confiné.es, ce livre a peut-être, pourtant, quelque chose d’important à nous enseigner sur notre condition présente.

Marienthal est une petite bourgade située à 30 kilomètres de Vienne. L’usine qui la faisait vivre a fermé ses portes à la fin des années 1920 et depuis, le chômage y est général. Il est très faiblement indemnisé, et les possibilités d’embauche sont inexistantes.
Pendant plusieurs semaines, les trois sociologues vont mener une enquête minutieuse, et qui se veut exhaustive, sur tous les aspects de la vie des habitants du village: comment ils vivent, comment ils mangent, à quoi ils passent leur journée.
Comme on pouvait s’y attendre, la description des budgets familiaux mais aussi des garde-robes et des menus fait apparaître une très grande misère. Mais l’intérêt principal de l’enquête n’est pas là. Il tient à la mise en lumière d’un effet central qu’a le chômage sur les personnes, et qui passe trop facilement inaperçu: la destructuration complète de leur rapport au temps.
Pour beaucoup d’habitants de Marienthal, le temps, en effet, n’existe plus, car le travail n’existe plus là pour le structurer.
Il n’y a plus de contraintes liées aux horaires de l’usine, plus de cadences à tenir, plus de délais à respecter, plus de dates à honorer. Il n’y a que du temps libre, un temps abominablement libre, qu’on ne sait pas comment occuper.
C’est ainsi à travers le dérèglement des normes temporelles au sein de la petite communauté villageoise que les sociologues mesurent à quel point celle-ci est délitée et souffrante.
Avec deux remarques complémentaires. En premier lieu, la destructuration temporelle touche davantage les hommes que les femmes car ces dernières, quoique également au chômage, n’en continuent pas moins d’élever les enfants et d’accomplir les tâches ménagères, de manière parfois névrotique, de sorte que le rythme scolaire et l’heure des repas les aide à maintenir un rapport au temps plus structuré.
En second lieu, les enquêteurs sont frappés de voir les chômeurs de Marienthal perdre tout intérêt pour l’actualité politique. Ces hommes et ces femmes désœuvrés abandonnent progressivement la lecture des journaux politiques au profit des gazettes de faits divers et des sorties au cinéma. De sorte que dans cette commune qui était jusqu’alors un fief du parti social-démocrate, on assiste à un processus général de dépolitisation.
Dire que le temps est social, ce n’est donc pas seulement poser que la catégorie de “temps” a une origine sociale. C’est affirmer, de surcroît, que le fondement pratique de cette catégorie (et par conséquent aussi, l’affaiblissement éventuel de ce fondement) se trouvent dans l’organisation des activités sociales et dans celle, en particulier, du travail.

Ce texte a été diffusé à l’origine dans “Dis/continuités”, la lettre d’information du LIER-FYT

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.